BRÊLUS 2017

C'est reparti pour un tour, le trophée tant convoité est remis en jeu cette saison avec toujours un classement général qui déterminera le grand gagnant au mois de juin.

Le règlement est simple:

- réaliser le geste décalé voire insolite du match qui nous aura fait marrer.

- se faire remarquer par une attitude ou des propos inadéquats pendant, ou en dehors de la rencontre.

- les joueurs sont nominés à l'issu de la rencontre, et un vote est effectué après la description de chaque saucisse.

- le joueur élu doit récupérer le bouclier jusqu'au match d'après, et prendre 3 clichés de son choix avec le bout de bois.

Hommage au vainqueur de l'année passée, Belka, qui a été le plus régulier dans la performance, tellement qu'il a séquestré la bestiole pendant 4 mois.

 

 

Cette saison, 4 joueurs se sont déjà illustrés, mais maintenant que le Brêlus est récupéré, nous pouvons revenir sur le match dernier. 

Ginolesque ou Zidanesque (04/11/16)

Le débat peut durer des heures, mais il faut reconnaître que le travail paye toujours. Souvent placé, rarement récompensé, la roue tourne a tourné. Dida prend les commandes du général, mais la lutte promet d'être âpre jusqu'au bout. L'automne pluvieux a pris place, ça sent la boulette à plein nez.

Revenons-en à nos moutons, ou plutôt au dernier match. Partie serrée, tendue, mais bien en main à 10 minutes de la fin, avec un break réalisé, et une avance de 2 buts. Moment idéal choisi par Dida pour jouer un coup franc rapidement dans la profondeur en direction d'un de nos attaquants. Manque de pot, on se fait contrer dans la foulée, et on encaisse le but qui relance nos adversaires. Même si le geste rappelle plus la Bulgarie que le Brésil, je n'irai tout de même pas jusqu'à dire qu'il était criminel. Il y aurait aussi eu un bridge que je n'ai pas vu, d'où une majorité de voix récoltées. 

En revanche, que Dida ne s'imagine pas récupérer le trophée chaque semaine, les morts de faim vont se réveiller pour lui piquer le leadership très rapidement.

  1. Dida (2 élections)
  2. Belka, Bipbip, Renouardo (1 élection)

Le réveil du favori (08/11/16)

Clairement, quand on est tenant du titre, se laisser déloger sans résistance n'est pas acceptable. C'est pourquoi Belka a sorti les crocs pour se replacer dans la course et recoller à la tête.

Pourtant, il n'était pas seul à vouloir entrer dans la danse. Un peu de concurrence ne fait pas de mal, mais il en manque encore pour égaler le maître. On a par conséquent nominé Ricky pour son exter foireux en fin de match. Sur un débordement, après avoir annoncé le prénom d'Amine avant son geste, son ballon s'est levé de 21,3 cm pour rebondir sur le tibia du défenseur en corner. Comme il a obtenu un truc à la sortie, c'était sévère de lui délivrer le totem. 

Pour Bébel, le choix semblait indiscutable, la barre était mise trop haute en fin de premier acte. En connaissance de cause, je peux dire que l'exposition de nos postes nous fragilise et exacerbe nos défaillances. Malheureusement pour lui, suite à un débordement express de Bichbich, il n'a pu, sur son centre, pousser la gonfle de la tête  dans un but déserté par le gardien. L'impression de derrière puait l'immanquable, mais après réflexion, je me dis qu'il a manqué un cheveux, et peut-être un poil de vitesse en plus, pour que le gros arrive à l'heure au rendez-vous.

  1. Dida, Belka (2 élections)
  2. Bipbip, Renouardo (1 élection)

La course est lancée (18/11/16)

Si l'an passée le titre s'est joué avec 4 élections, je pense que cette saison, ça ne sera pas suffisant. Les leader sont entrain de creuser l'écart, mais il manquait un favori sur la grille. Celui qui avait fait une fin de saison de rêve, avec des fèves dans tous les sens, est de retour.

Du monde pourtant pour le scrutin, pire qu'une primaire républicaine. 4 joueurs pour être exact. Walid, tout d'abord, cotisation impayée, mais surtout magnifique poteau, en force, à 6 mètres du but. Dans d'autres circonstances, ça aurait pu suffire, mais trop léger pour hier soir. 5 voix tout de même.

On poursuit avec Amine, qui s'en sort grâce à son but marqué, sinon... Pour commencer, maillot 14 oublié à la maison, équipe embêtée, puis passe molle à la trentième suivie d'une talonnade foireuse dans la foulée. 3 ou 4 voix récoltée, insuffisant.

On passera rapidement sur la voix attribuée à Belka suite à son embrouille avec son vis à vis, pour s'occuper du vainqueur du jour. Son potentiel, on le connaît, sur le podium l'an passé, il fallait qu'il soit invité dans la danse. Entrée réussie pour Djah, par la grande porte, avec une majorité écrasante de 8 voix. Son fait d'arme, avoir encaissé un lob de 35 mètres sur une action anodine. Il faut dire qu'il est expert dans le domaine, il a qu'à arrêter de jouer à 25 mètres de ses buts, ça lui apprendra.

  1. Dida, Belka (2 élections)
  2. Bipbip, Renouardo, Djah (1 élection)

Status quo (23/11/16)

Le classement ne bouge pas cette semaine. Et pourtant, nous avons eu droit à une élection, celle de Bipbip qui figurait déjà sur le listing pour un motif inconnu. A mon avis, le président doit avoir une dent contre lui, je ne vois que ça. En tout cas, pas surprenant de voir encore un attaquant aux avant postes. Je peux vous dire que si Cavani était Shadocks, il jouerait lui aussi les premiers rôles. C'est un peu ce qui lui est arrivé, beaucoup d'occasions gâchées (mais il a eu le mérite de les obtenir), cumulé avec un jaune qui nous laisse à 10 pendant 10 minutes en fin de match.

Celui qui passe entre les gouttes, et il fallait le faire mercredi soir, c'est encore ce satané Amine qui rate l'occasion de nous faire la colombe en guise de célébration. Un loupé qui ne prête pas encore à conséquence, mais attention, 2 nominations sur les 2 derniers match, l'obstination finit toujours par payer.

  1. Dida, Belka (2 élections)
  2. Bipbip, Renouardo, Djah (1 élection)

 Un duo inédit (09/12/16)

Du monde au balcon pour le retour des nominations, les affaires reprennent... Les conditions de jeu pouvaient favoriser les boulettes, mais le choix s'est plutôt porté sur de l'extra sportif. 

Trois nominations tout de même, avec tout d'abord Biche qui nous laisse à 10 en fin de rencontre sur un geste d'humeur. Le préjudice aurait pu être important, mais deux autres Shadocks l'avaient copié avant lui, sans conséquence au score. Pour ce manque d'originalité, difficile de lui attribuer.

Tom pointait déjà le bout de son nez en deuxième position. Première mi-temps agaçante, on y reviendra, et deuxième acte dans l'obligation de remplacer Jas au pied levé. Sur une pelouse compliquée, le "put*** je suis nul" à la suite d'un centre raté derrière le but m'a bien fait fait marrer. Apparemment, selon une source proche du dossier, c'était plutôt "put*** c'est nul " qu'il fallait entendre. Sans encombre pour cette fois puisque très peu de suffrage récolté.

C'était donc du côté de l'agacement qu'il fallait se pencher. La frustration générée par les 45  premières minutes a engendré une effusion de colère, à la pause, digne des plus grands Vaudeville. Il ne manquait plus que les portes qui claquent et l'amant dans l'armoire de la piaule. En revanche, le couple était bien en place, mais qui dans les rôles de Palmade et Larroque, me demanderez-vous???...

Et pourtant ils se sont aimés Tom et Fifi, mais là, c'était la goutte d'eau qui mit le feu aux poudres. Un ballon balancé contre le muret sur le côté, des cris, de grands gestes, un jeu d'acteur au cordeau au service d'une prestation de haut vol. Face au succès de cette première représentation, il se murmure même qu'une tournée des MJC d'Occitanie  pourrait voir le jour en 2024 avec Georges Beller et Chantal Ladesou dans les rôles titre, le tout produit par Paul Lederman, toujours à la recherche de successeurs au duo Coluche Le Luron.

  1. Dida, Belka (2 élections)
  2. Bipbip, Renouardo, Djah (1 élection)
  3. Fifi, Tom (1/2 élection)

Un bouclier de fête (16/12/16)

Dernier bouclier de l'année qui sonne comme une confirmation. On va dire que ça tombe toujours sur lui, mais cette saison, il en loupe pas une...

Délivré par monsieur l'arbitre en personne, le trophée est arrivé direct dans les bras de Kader. Il faut dire qu'il l'avait mis au frigo un peu plus tôt dans la partie ce qui a eu le mérite de tisser des liens entre les deux hommes. Déjà suspendu à la rentrée, une première pour un Shadock en un an et demi de pratique, sans compter le rouge de Renouardinho, Dida aura livré sur un plateau le but de l'espoir à nos adversaires. Coup double donc, et 3 semaines de vie commune pour un début de lune de miel.

Il va falloir que la concurrence se réveille en vitesse si elle veut prétendre à figurer au classement. On sait que la saison est longue et que certains en gardent sous le coude pour nous régaler en 2017. Mais attention messieurs, ne tardez pas trop à vous signaler...

  1. Dida (3 élections)
  2. Belka (2 élections)
  3. Bipbip, Renouardo, Djah (1 élection)
  4. Fifi, Tom (1/2 élection)

 Ça joue des coudes (13/01/17)

Nouvelle année, nouvel entrant dans le classement comme un besoin de renouveau. Et pourtant, rien n'était écrit d'avance tant les favoris tenaient à conserver leur position.

A ce titre, on a pu noter que Belka soignait toujours autant sa finition devant le but. Un loupé dès les premières minutes qui le plaçait très haut dans les sondages d'emblée. Après, difficile de blâmer un joueur qui revient de blessure. Fifi aurait bien voulu aussi remonter sur le podium, mais sa roulette galipette n'a pas fait fureur. 

La décision allait se faire autour d'un fait de jeu, à savoir l'attribution et la réalisation d'un péno. La règle des Shadocks, depuis sa création, veut que le joueur qui n'a pas encore ouvert son compteur but, le prenne. Règlement inconnu de certain qu'il a fallu rappeler avec force pour calmer les charognards autour de la dépouille sphérique. Surpris, et à demi consentant, c'est donc Momo qui s'est élancé pour envoyer un missile dans les filets...... de protection. Le jury lui décerne le bout de bois par contumace.

Quant à Kader, il a pu sentir le vent du boulet de très près. Râler vigoureusement pour ne pas avoir été choisi pour le tirer, et se moquer du tube de Momo par la suite a été très limite. Si on ajoute à cela l'ambiance générale à la parlote sur le terrain, les Brêlus pour propos inappropriés vont tomber à coup sûr dans les prochaines semaines.

  1. Dida (3 élections)
  2. Belka (2 élections)
  3. Bipbip, Renouardo, Djah, Momo (1 élection)
  4. Fifi, Tom (1/2 élection)

 Brêlus rétroactif (06/01/17)

Le 6 janvier, les Shadocks recevaient Fonbo FC dans le cadre du premier tour de la coupe de la ligue. Nouvelle compétition, une poule de 4 avec 3 rencontres à disputer. Pour continuer l'aventure, terminer à la première place était obligatoire. Malheureusement, celle-ci est aujourd'hui inaccessible.

Vous vous demandez peut-être quelle en est la raison après un nul et une victoire. C'est à dire qu'on nous a supprimé les 2 points acquis contre Fonbo, sur tapis vert. Alors pourquoi? la boulette...... administrative.

La responsabilité de cet oubli ne saurait incombé à une seule personne. Il est vrai que Vinz a retrouvé dans sa poche intérieure, quelques semaines trop tard, le document manquant à la commission pour qualifier Plancha; mais Djah aurait du s'assurer que l'autorisation de jouer avait bien été donnée au comité.

Double Brêlus, donc, pas de jaloux, un demi point à chacun.

  1. Dida (3 élections)
  2. Belka (2 élections)
  3. Djah (1,5 élection)
  4. Bipbip, Renouardo, Djah, Momo (1 élection)
  5. Fifi, Tom, Vinz (1/2 élection)

 The Plancha show (22/03/17)

Retour du bouclier après près de 2 mois d'absence. Rien à se mettre sous la dent jusque là, difficile à imaginer.

Heureusement, la planche s'est signalée dans un numéro, dont lui seul a le secret. Les matchs tendus sont ceux qu'il affectionne, et l'USEMA lui a servi le nectar dont il se délecte. Plusieurs carrefours lui ont permis de monter tranquillement en température jusqu'à la surtension inévitable en fin de rencontre.

Après les mots et les gestes très limites, il lui a fallu mettre le costume del segnore Materrazzi. Ainsi sur une chauffade torse contre torse à bouffer du postillon, il nous a offert un Fosbury réception fessiale à faire pâlir Sotomayor. Cette amplification digne de Néo dans Matrix a suscité l'incrédulité dans nos rangs. Mais pourquoi l'animal s'est-il propulsé au sol comme si Mike Tyson l'avait allumé à bout portant. La réponse, tout comme l'assassinat de JFK, ou le cabinet noir de François ne figurera jamais dans les livres d'histoire.

C'est donc une première nomination pour la planchouille qui devra veiller à maîtriser ses nerfs s'il ne veut pas figurer plus souvent sur notre listing.

  1. Dida (3 élections)
  2. Belka (2 élections)
  3. Djah (1,5 élection)
  4. Bipbip, Renouardo, Djah, Momo, Plancha (1 élection)
  5. Fifi, Tom, Vinz (1/2 élection)

 COMMUNAUTÉ

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 2 Dirigeants
  • 6 Joueurs
  • 3 Supporters